Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Groupe de sociologie politique et morale

Irène Pereira

Chargée de cours, Université Paris Dauphine

Courriel

Fonctions

Présidente de l’Institut de Recherche, d’Etude et de Formation sur le syndicalisme et les mouvements sociaux (IRESMO)

Recherches en cours

  • Axe de recherche principal : Théories critiques savantes et pratiques militantes. Nous nous donnons pour objectif d'étudier le renouvellement des théories critiques et des pratiques militantes dans le but d'une ré-élaboration de la théorie critique libertaire.

  • Sous-axes de recherches :

    • Militantisme libertaire et luttes de l'immigration,

    • Militantisme libertaire et féminisme,

    • Pratiques libertaires et expériences écologistes,

    • Le syndicalisme d'action directe libertaire  face aux transformations de l'Etat et du capitalisme,

    • Renouveau des théories critiques et de la contestation sociale dans la gauche radicale.

Ouvrages

Image1

PEREIRA, I., 2011, L’anarchisme dans les textes, Paris, Editions Textuel

Image2

PEREIRA, I., 2010, Les travailleurs de la culture en lutte – Le syndicat face aux transformations du capitalisme et de l'Etat dans le secteur de la Culture, Editions d'ores et déjà

Image3

PEREIRA, I., 2010, Les grammaires de la contestation. Un guide de la gauche radicale, Paris, Edition La découverte

Image4

PEREIRA, I., 2010, Peut-on être radical et pragmatique ?, Paris, Edition Textuel

Image5

PEREIRA, I., 2009, Anarchistes, Montreuil, Edition La Ville Brûle

Articles

Publications dans des revues scientifiques avec comité de lecture :

2008

2007

Publications dans d’autres revues :

 2011

  • PEREIRA, I., (A paraître): « Pouvoir et légitimité dans le syndicalisme d'action directe et l'administration d'Etat »- N.O.I.R., Revue d'anthropologie critique, Ed. Nuit sans lune/EHESS.

2010 

  • PEREIRA, I., « Etre féministe et anarchiste aujourd'hui », in Réfractions, n°24

  • PEREIRA, I., « Les femmes dans les organisations anarchistes », en collaboration avec Simon Luck, Réfractions, n°24

2009

  • PEREIRA, I., «  Les jardins partagés, un exemple d’entraide anarchiste ? - Entretien commenté avec Laurence Baudelet - », Réfractions, n°23.

  • PEREIRA, I., « Syndicalisme d'action directe et illégalité », Réfractions n° 22

2008

  • PEREIRA, I., « Le projet anarchiste et la redéfinition de la catégorie de territoire au travers des luttes de l’immigration », Réfractions, n°21

  • PEREIRA, I., « Mai 68, quel héritage contestataire pour aujourd’hui ? », Réfractions, n°20

2007

Chapitres d'ouvrages collectifs

2011

  • PEREIRA, I., (A paraître aux Etats Unis), Chapitre dans un ouvrage sur l'histoire croisée des gauches en France et aux Etats-Unis

2010

  • PEREIRA, I., (A paraître) « Controverses militantes sur classe, sexe et race dans la gauche radicale en France », in Intersectionality and Critic, VS Verlag.

 2009

  • PEREIRA, I., (A paraître) « Nouvelles technologies de l'information et de l! comMunhcation et transformations des pratiques militantes dans le renouveau contestataire », in Réseaux sociaux et action collective, Presses universitaires de la Sorbonne.

  •  PEREIRA, I., (A paraître)  « Syndicalisme révolutionnaire et pragmatisme », in Le syndicalisme révolutionnaire au XX e siècle [Coordination : Vincent Chambarlhac et David Hamelin ]

  • PEREIRA, I., (A paraître)  « Organisation de la contestation et renouveau de la contestation en France », Agir-en-réseau. Modèle d’action ou catégorie d’analyse ? , (Editeur non communiqué)

  • PEREIRA, I., « Proudhon, Pragmatist » in New Perspectives on Anarchism, Lanham, Lexington Books

2008

  • PEREIRA, I., (A paraître) «  La socialisation libertaire dans une organisation syndicale », in La condition politique des syndicats, L’Harmattan

  • PEREIRA, I., (A paraître) « La formation dans la constitution d’un syndicalisme de lutte : de la constitution de valeurs communes à la transmission d’un projet de transformation sociale », in Histoire de la formation syndicale, L'Harmattan.



haut de page

Les annonces

  • Les travailleurs intellectuels à l'épreuve des transformations de l'emploi et du capitalisme. Nouvelles figures, nouvelles classes ? Parmi les tendances caractéristiques du capitalisme contemporain, les sciences sociales mettent souvent en avant d’une part les transformations de la relation salariale vers davantage de flexibilité, d’intermittence et d’incertitude quant à ses frontières et ses statuts et, d’autre part, la montée en puissance d’une production immatérielle ou cognitive et d’un travail plus « créatif ». L'objectif de cette journée d'études est d’interroger les travaux théoriques ou empiriques qui voient dans ces deux tendances le fondement d’une recomposition des classes sociales, en particulier à travers l’émergence de nouvelles géométries sociales centrées autour de la figure d’un travailleur intellectuel précaire.